Père Chaumonot

 

Fondateur de la paroisse Pierre-Marie-Joseph Chaumonot est né en 1611 et décédé en 1683. Le père Pierre-Joseph-Marie Chaumonot, jésuite, est un très grand témoin de la foi, compagnon des saints martyrs!

 

Le 1er août 2014, c’était le  375e anniversaire de l’arrivée du père Chaumonot au Canada (1639-2014). 

Lettre du père Chaumonot au Père Général Mutius Vitelleshi, le 7 août 1639:

« L’an 1639, le premier jour d’août, j’arrivai à Québec avec les religieuses Ursulines et Hospitalières et les Pères Vimont et Poncet après trois mois d’une navigation très pénible, à cause des brouillards qui nous ont environnés pendant trois semaines, avec danger de naufrage contre les énormes blocs de glace qui flottent sur ces mers. Le vaisseau du commandant de la flotte allait en heurter un le jour de la Sainte Trinité (19 juin), quand un des marins l’aperçut et s’écria : « Miséricorde, miséricorde, nous sommes tous perdus! »

Le père Vimont fit vœu de dire deux messes, et voilà qu’au même instant, le vent changeant subitement de direction, nous fit éviter, comme par miracle, ce danger imminent »

Le père Chaumonot et l’Année de la foi

Vie du père Chaumonot :  «Je connais un Huron (Joseph Chihoutenhoua) qui, cette année, au moment où les hostilité contre la religion étaient plus vives, n’a pas craint de parcourir en apôtre presque tous les villages. Il allait dans les assemblées et dans les conseils et exhaltait la solidité de la doctrine que les Robes Noires (c’est ainsi qu’ils nous appellent) étaient venus leur enseigner, protestant qu’il était prêt à donner sa vie pour la défendre» (Lettre au père Nappi, à Rome, du pays des Hurons, le 26 mai 1640)

Lettre apostolique du pape Benoît XVI : «Le renouveau de l’Église passe aussi à travers le témoignage offert par la vie des croyants : par leur existence elle-même dans le monde, les croyants sont en effet appelés à faire resplendir la Parole de vérité que le Seigneur Jésus nous a laissée. Ainsi, l’Église avance dans son pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu.

Vie du père Chaumonot : «Demain, nous quitterons les dernières habitations de nos amis les Français pour aller chercher celles de nos ennemis les Iroquois. La femme de notre Capitaine (chef) Iroquois se fait instruire sur les chemins, avec six autres, tant hommes que femmes. Cette Capitainesse a été voir une parente aussitôt que nous sommes arrivés à Montréal et en ma présence elle l’a instruite sur les mystères que nous lui avons enseignés. Elle m’a prié de vous écrire qu’elle ne fâcherait pas Celui qui a tout fait et que c’est du fond de son cœur qu’elle veut vivre et mourir Chrétienne» (Lettre à Marie de l’Incarnation, de Montréal, le 4 octobre 1655)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s